Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 12:22

  A l'oeuvre on connaît l'Artisan.

Quelques rayons de miel sans maître se trouvèrent,

Des Frelons les réclamèrent.

Des Abeilles s'opposant,

Devant certaine Guêpe on traduisit la cause.

Il était malaisé de décider la chose.

Les témoins déposaient qu'autour de ces rayons

Des animaux ailés, bourdonnants, un peu longs,

De couleur fort tannée et tels que les Abeilles,

Avaient longtemps paru. Mais quoi! dans les Frelons

Ces enseignes étaient pareilles.

La Guêpe, ne sachant que dire à ces raisons,

Fit enquête nouvelle, et pour plus de lumière

Entendit une fourmilière.

Le point n'en put être éclairci.

De grâce, à quoi bon tout ceci?

Dit une Abeille fort prudente,

Depuis tantôt six mois que la cause est pendante,

Nous voici comme aux premiers jours.

Pendant cela le miel se gâte.

Il est temps désormais que le juge se hâte:

N'a-t-il point assez léché l'Ours?

Sans tant de contredits et d'interlocutoires,

Et de fatras, et de grimoires,

Travaillons, les Frelons et nous:

On verra qui sait faire, avec un suc si doux,

Des cellules si bien bâties.

Le refus des Frelons fit voir

Que cet art passait leur savoir;

Et la Guêpe adjugea le miel à leurs parties.

Plût à Dieu qu'on réglât ainsi tous les procès!

Que des Turcs en cela l'on suivît la méthode!

Le simple sens commun nous tiendrait lieu de Code;

Il ne faudrait point tant de frais;

Au lieu qu'on nous mange, on nous gruge,

On nous mine par des longueurs;

On fait tant, à la fin, que l'huître est pour le juge,

Les écailles pour les plaideurs.

 

Jean de La Fontaine (1621 -1695)

 

Les Frelons et les Mouches à miel est la vingt-et-unième fable du livre I de Jean de La Fontaine situé dans le premier recueil des Fables de La Fontaine, édité pour la première fois en 1668

Repost 0
10 août 2010 2 10 /08 /août /2010 10:22


Il était une fois une jeune fille qui vivait près d'un étang
Sa vie était simple dans un endroit si charmant
Elle dansait parmi les fleurs des champs
Aidait sa petite maman à entretenir prés et bosquets
Et passait beaucoup de temps à rêver.
Pourtant la petite fille était bien souvent envahie par l'ennui
Il lui manquait la douceur et la confiance d'un ami.
Un jour de printemps une tempête bouscula le pays :
Des vents de sable s'engouffrèrent dans les terres
Pertubant la sérénité de ses habitants.
Et dans la tête de l'enfant, ils pénétrèrent
Lui faisant subir leurs hurlements et gémissements .
La fillette pris alors peur
et courut vers l'étang  poursuivie par les vents violents.
Alors qu'il semblait impossible de les faire infléchir
Les rafales mollirent à l'approche de l'étang.
La fillette s'arrêta stupéfaite
fixant les vents devenus si soudainement caressants.
Une forme s'approcha de l'enfant
C'était le porte-parole des vents 
Il tenait absolument 
à  s'excuser de tous ces désagrements .
"Nous ne sommes pas méchants, un peu turbulents certes
mais c'est parce que, bien souvent, nous sommes gagnés par l'ennui.
Comme toi nous rêvons de pouvoir faire la fête
Avec un tendre et fidèle ami"
A ses mots la jeune fille comprit
Qu'elle venait de trouver un Ami

...


J'ai retrouvé avec plaisir ce texte ce matin, je l'ai écrit il y a quelques temps déjà, peut-être un an déjà...le temps passe si vite...

 

Je suis de retour après 10 jours de douces vacances mais nous avons décidé de poursuivre encore quelques temps le rythme de vie adopté là-bas : pas de télé, pas d'ordi, une vie emplie de plaisirs simples entre ballades, siestes et jeux de société en famille....

Je vous embrasse très très fort et vous remercie de votre fidélité, à très vite !!!





Repost 0
22 juin 2010 2 22 /06 /juin /2010 12:22

 

Une simple apparition même furtive

A un moment où l'on ne s'y attendait pas

Suffit à illuminer toute une journée

 

 

Repost 0
17 juin 2010 4 17 /06 /juin /2010 16:22

 

Lorsqu'il fait très beau

Il m'arrive bien souvent de sommeiller

Le nez protégé sous mon chapeau

C'est un moment propice pour s'apaiser

 C'est un moment propice pour rêver

 

Parfois réveillée par le cri d'un oiseau

 Je peine à ouvrir les paupières

De peur d'être éblouie par trop de lumière

Mais sous mon chapeau

Mes yeux sont  "sous chapiteau"

 

Les idées replacées, le spectace peut enfin commencer

Un jeu d'ombres et de lumière entre la toile du chapeau

Des ombres voilées puis ensoleillées

Me font deviner des personnages de contes de fée

Lutins, muses, animaux, ils sont tous aussi beaux !!!

 

Mais toutes les bonnes choses ont une fin

Mon estomac gargouille, ce doit être une petite faim

Je soulève alors mon chapeau

Il fait toujours aussi beau et les nuages forment des gâteaux

 

Repost 0
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 12:21

pica--pica.jpg
Pica pica est le nom savant donné à la pie bavarde.
Je pense que ce nom vient du fait que les pies sont connues pour être des picassiettes, rires !!

Comme toutes les pies, Tudy la pie aimait voler tout ce qui brille.
Mais entre deux vrilles, elle aimait aussi se délecter
De quelques morceaux de viande, piqués en vol, dans l'assiette à peine servie.
Son siège était le haut d'un buffet.
Parfait pour savourer chaque nouveau met ainsi volé.
 Avant de reprendre la route, elle s'octroyait parfois un bain dans la soupe.
De temps à autre pouvait-on la surprendre dansant le soir
Dans la gamelle de ce gros chien noir.
Puis un jour elle a disparu...
Paraît-il que certaines personnes l'ont aperçue
Finissant le fond des verres restés sur un comptoir...

A Tudy, la plus attendrissante de toutes les pies


Repost 0
17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 11:22


On dit de certaines terres qu'elles sont fertiles,
Terres riches produisant d'abondantes récoltes,
Cultures conventionnelles ou en colimaçon
Elles sont sources de vie pour leur population...
Et puis il y a des esprits fertiles...
Est-ce à dire qu'ils puisent leur imagination dans la terre ??
Je les imagine déjà la tête enfouie dans le sol
comme un tournesol qui aurait le derrière en l'air
 Se nourrissant abondamment
De la puissance des oligo-élements.
Une fois abreuvés
Ils se relèvent rassasiés
Prêts à laisser germer les milliers d'idées
Qui traversent leur tête comme une fusée


Repost 0
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 11:22



De ce visage sans rides et sans sillons
Le regard sans étincelles
Trahit l'âge de la belle



Repost 0
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 16:35



une pression de transpiration
et soudain la révélation
je sus ce que je suis



Repost 0
28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 09:49



Emotions en ficelles
Suspendues à une nacelle
De vies artificielles





Repost 0
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 09:22



Sous une ritournelle de bombes
Ombres et étincelles
Valsent dans la ruelle sombre




Repost 0

Présentation

  • : Galerie SOLYZAAN
  • Galerie SOLYZAAN
  • : Bienvenue sur le blog d'une nana débordante d'imagination.... Les illustrations sont une véritable passion... Celles qui laissent s'exprimer les émotions... Fantaisies, espiègleries, facéties... Bonne humeur, images du bonheur, Je ne suis pas poète Mais avec les textes, je m'entête, Excellent moyen d'exorciser le manque de mots Heureusement, il y a des partages avec de vrais poètes et là c'est vraiment chouette !!!
  • Contact

Offrir des rêves

  L'Atelier de Mijoty  

banniere-mijoty.jpeg

    dont les bénéfices ont  permis

la réalisation du rêve  d'un enfant malade.

Pour plus d'informations :

Les anthologies éphémères.


banniere-v-68771.jpeg

Pour plus d'informations :

Les anthologies éphémères

Rechercher

hibou

Prénomènes

couvprenomenetbe

recueil disponible ICI

mamamiasapin16122011