Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 août 2010 6 07 /08 /août /2010 00:00

 

Le départ

 

 

Adieu l'étang et toutes mes colombes

Dans leur tour et qui mirent gentiment

Leur soyeux plumage au col blanc qui bombe,

Adieu l'étang.

 

Adieu maison et ses toitures bleues

Où tant d'amis, dans toutes les saisons,

Pour nous revoir avaient fait quelques lieues,

Adieu maison.

 

Adieu vergers, les caveaux et les planches

Et sur l'étang notre bateau voilier,

Notre servante avec sa coiffe blanche,

Adieu vergers.

 

Adieu aussi mon fleuve clair ovale,

Adieu montagne! Adieu arbres chéris!

C'est vous qui êtes ma capitale

Et non Paris.

 


 

Max JACOB ( 1872-1944)

 poète, romancier, essayiste, épistolier et peintre français né à Quimper

In Le laboratoire central (1921), Gallimard

 

 

 

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2010 5 30 /07 /juillet /2010 08:22
Le relais

En voyage, on s'arrête, on descend de voiture ;
Puis entre deux maisons on passe à l'aventure,
Des chevaux, de la route et des fouets étourdi,
L'oeil fatigué de voir et le corps engourdi.

Et voici tout à coup, silencieuse et verte,
Une vallée humide et de lilas couverte,
Un ruisseau qui murmure entre les peupliers, -
Et la route et le bruit sont bien vite oubliés !

On se couche dans l'herbe et l'on s'écoute vivre,
De l'odeur du foin vert à loisir on s'enivre,
Et sans penser à rien on regarde les cieux...
Hélas ! une voix crie : "En voiture, messieurs !"

 

 

Gérard de NERVAL (1808-1855)

Recueil : Odelettes

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2010 2 27 /07 /juillet /2010 09:22

 

Trois escargots

 

J’ai rencontré trois escargots
Qui s’en allaient cartable au dos

Et dans le pré trois limaçons
Qui disaient par coeur leur leçon.

Puis dans un champ, quatre lézards
Qui écrivaient un long devoir.

Où peut se trouver leur école ?
Au milieu des avoines folles ?
Et leur maître est-il ce corbeau
Que je vois dessiner là-haut
De belles lettres au tableau ?

 

Maurice CARÊME (1899-1979)

écrivain et poète belge de langue française

Partager cet article
Repost0
23 juillet 2010 5 23 /07 /juillet /2010 16:22

 

L’escargot

 

Est-ce que le temps est beau ?
Se demandait l’escargot
Car, pour moi, s’il faisait beau
C’est qu’il ferait vilain temps.
J’aime qu’il tombe de l’eau,
Voilà mon tempérament.

Combien de gens, et sans coquille,
N’aiment pas que le soleil brille.
Il est caché ? Il reviendra !
L’escargot ? On le mangera.

 

Robert DESNOS (1900-1945)

poète français

 

 

 

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 12:34

Un matin

 

Dès le matin, par mes grand'routes coutumières
Qui traversent champs et vergers,
Je suis parti clair et léger,
Le corps enveloppé de vent et de lumière.

Je vais, je ne sais où. Je vais, je suis heureux ;
C'est fête et joie en ma poitrine ;
Que m'importent droits et doctrines,
Le caillou sonne et luit sous mes talons poudreux ;

Je marche avec l'orgueil d'aimer l'air et la terre,
D'être immense et d'être fou
Et de mêler le monde et tout
A cet enivrement de vie élémentaire.

Oh ! les pas voyageurs et clairs des anciens dieux !
Je m'enfouis dans l'herbe sombre
Où les chênes versent leurs ombres
Et je baise les fleurs sur leurs bouches de feu.

Les bras fluides et doux des rivières m'accueillent ;
Je me repose et je repars,
Avec mon guide : le hasard,
Par des sentiers sous bois dont je mâche les feuilles.

Il me semble jusqu'à ce jour n'avoir vécu
Que pour mourir et non pour vivre :
Oh ! quels tombeaux creusent les livres
Et que de fronts armés y descendent vaincus !

Dites, est-il vrai qu'hier il existât des choses,
Et que des yeux quotidiens
Aient regardé, avant les miens,
Se pavoiser les fruits et s'exalter les roses !

Pour la première fois, je vois les vents vermeils
Briller dans la mer des branchages,
Mon âme humaine n'a point d'âge ;
Tout est jeune, tout est nouveau sous le soleil.

J'aime mes yeux, mes bras, mes mains, ma chair, mon torse
Et mes cheveux amples et blonds
Et je voudrais, par mes poumons,
Boire l'espace entier pour en gonfler ma force.

Oh ! ces marches à travers bois, plaines, fossés,
Où l'être chante et pleure et crie
Et se dépense avec furie
Et s'enivre de soi ainsi qu'un insensé !

 

Emile Verhaeren (1855-1916)

poète belge flamand, d'expression française

Recueil : Les forces tumultueuses

 

 

Partager cet article
Repost0
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 17:44

 

 

Le doux titre et l'emploi charmant :
Être, en juin, un berger d'abeilles,
Lorsque les prés sont des corbeilles
Et les champs des mers de froment ;

Quand les faucheurs sur les enclumes
Martèlent la faux au son clair,
Et que les oisillons dans l'air
Font bouffer leurs premières plumes !

Berger d'abeilles, je le fus,
A huit ans, la-bas, chez mon père,
Lorsque son vieux rucher prospère
Chantait sous ses poiriers touffus.

Quel bonheur de manquer l'école
Que l'été transforme en prison,
De se rouler dans le gazon,
Ou de suivre l'essaim qui vole,

En lui disant sur un ton doux
Pour qu'il s'arrête aux branches basses :
" Posez-vous, car vous êtes lasses ;
Belles abeilles, posez-vous !

" Nous avons des ruches nouvelles
Faites d'un bois qui vous plaira ;
La sauge les parfumera :
Posez-vous, abeilles, mes belles ! "

Et les abeilles se posaient
En une énorme grappe grise
Que berçait mollement la brise
Dans les rameaux qui bruissaient.

" Père ! criais-je, père ! arrive !
Un essaim ! " Et l'on préparait
La ruche neuve où sans regret
La tribu demeurait captive.

Puis, sur le soir, lorsque, à pas lents,
Du fond des pâtures lointaines
Les troupeaux revenaient bêlants
Vers l'étable et vers les fontaines,

Je retrouvais mon père au seuil
Comptant ses bêtes caressantes,
Et lui disais avec orgueil :
" Toutes les miennes sont présentes ! "

Le doux titre et l'emploi charmant :
Être, en juin, un berger d'abeilles,
Lorsque les prés sont des corbeilles
Et les champs des mers de froment !

 

François FABIÉ

poète régionaliste français(1846-1928)

extrait du recueil " Fleurs de genêts " ( 1920)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Fabi%C3%A9

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
12 juin 2010 6 12 /06 /juin /2010 17:22

 

Comment ça va sur la terre?
- Ça va ça va, ça va bien.

Les petits chiens sont-ils prospères?
- Mon Dieu oui merci bien.

Et les nuages?
- Ça flotte.

Et les volcans?
- Ça mijote.

Et les fleuves?
- Ça s'écoule.

Et le temps?
- Ça se déroule.

Et votre âme?
- Elle est malade
le printemps était trop vert
elle a mangé trop de salade.

 

Jean Tardieu, 1903-1995

Monsieur Monsieur (1951)

  

*************************************************************

  

Encore une comptine que mes zouzous me chantonnaient en rentrant de l'école...

J'espère que nous ne serons pas malades car aux menus il y a bien souvent un peu de salade

 

Partager cet article
Repost0
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 17:22

Je cherchais un texte avec "bulle" ou "buller" et je suis tombée sur ce texte de Pierre Chêne, paroles d'une chanson apprise par mes deux garçons.

Depuis nous ne cessons de chantonner les deux premiers couplets....


un poisson au fond d'un étang
qui faisait des bulles (x2)
un poisson au fond d'un étang
qui faisait des bulles
pour passer le temps

un oiseau vient près de l'étang
regarder les bulles (x2)
un oiseau vient près de l'étang
regarder les bulles
que c'est amusant

que fais-tu joli poisson blanc?
moi je fais des bulles (x2)
que fais-tu joli poisson blanc
moi je fais des bulles
pour passer le temps

plus j'en fais, plus je suis content
plus je fais des bulles (x2)
plus j'en fais, plus je suis content
des rouges et des bleues
selon le courant

le poisson tout en discutant
a fait une bulle (x2)
le poisson tout en discutant
a fait une bulle
pour monter dedans

et la bulle portée par le vent
et la belle bulle (x2)
et la bulle portée par le vent
a pris son envol

 


le poisson dedans

l'oiseau est tombé dans l'étang
en voyant la bulle (x2)
l'oiseau est tombé dans l'étang
en voyant la bulle
du poisson volant

maintenant au fond de l'étang...
l'oiseau fait des bulles (x2)
maintenant au fond de l'étang
l'oiseau fait des bulles
pour passer le temps

l'oiseau fait des bulles
pour passer le temps

 

Extrait de l'album "Chansons Pour Rire Et Pour Sourire "

 

Partager cet article
Repost0
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 20:22

 

Je ne connaîtrai pas la peur, car la peur tue l'esprit.
La peur est la petite mort qui conduit à l'oblitération totale.
J'affronterai ma peur.
Je lui permettrai de passer sur moi,
au travers de moi.
Et lorsqu'elle sera passée,
je tournerai mon oeil intérieur sur mon chemin.
Et là où elle sera passée,
il n'y aura plus rien.
Rien que moi."

 

Frank HERBERT

(1920-1986)

 

 

 

Partager cet article
Repost0
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 11:22

 

 

Le ciel est gris lorsque tu grondes :
Tombe la pluie, souffle le vent,
Et, dans un tourbillon, le monde
Se courbe et fuit en m’emportant
Au fond d’une forêt profonde
Où mon coeur souffre en attendant
Que s’apaise cet ouragan.

Le ciel est bleu quand ton sourire
Brille comme un jour de printemps.
Pas un nuage ne soupire,
L’aubépine a mis drapeau blanc.
Les oiseaux chantent pour te dire
Qu’aujourd’hui mon coeur est content :
Tu fais la pluie et le beau temps.

 

Jacques Charpentreau

écrivain et poète français né en 1928

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Galerie SOLYZAAN
  • : Bienvenue sur le blog d'une nana débordante d'imagination.... Les illustrations sont une véritable passion... Celles qui laissent s'exprimer les émotions... Fantaisies, espiègleries, facéties... Bonne humeur, images du bonheur, Je ne suis pas poète Mais avec les textes, je m'entête, Excellent moyen d'exorciser le manque de mots Heureusement, il y a des partages avec de vrais poètes et là c'est vraiment chouette !!!
  • Contact

Offrir des rêves

  L'Atelier de Mijoty  

banniere-mijoty.jpeg

    dont les bénéfices ont  permis

la réalisation du rêve  d'un enfant malade.

Pour plus d'informations :

Les anthologies éphémères.


banniere-v-68771.jpeg

Pour plus d'informations :

Les anthologies éphémères

Rechercher

hibou

Prénomènes

couvprenomenetbe

recueil disponible ICI

mamamiasapin16122011